Que se passe-t-il cette année ? Semaine 2

C’est une nouvelle semaine qui commence, et nous allons rendre publique ce qui devrait l’être. Pour cela, nous vous présentons un échantillon des évènements de cette semaine.

 

*Un fonctionnaire de l’ambassade israélienne au Royaume-Uni a été filmé discutant de « faire tomber¹ » les politiciens critiquant¹ Israël¹. Bien que par la suite, des excuses ont été présentées, nous sommes en droit de nous questionner sur la sincérité des excuses¹. Le parti des travailleurs du Royaume-Uni a depuis appelé à faire une enquête¹ sur l’influence « extrêmement inquiétante¹ » d’Israel dans la politique britannique.

L’officiel Israelien a été exposé à travers un rapport d’Al Jazeera¹ sur le consulat Israelien et ses activités dans des syndicats d’étudiants et des groupes qui partagent tous une opinion pro-israélienne. La situation est d’autant plus troublante puisque le secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères, Boris Johnson (décrit dans la vidéo comme « un idiot ») a rejeté¹ le fait de sanctionner Israël de quelque manière que ce soit.

 

*Ce n’est pas le seul incident impliquant Israël cette semaine. Au moment de la rédaction de ce rapport, Israël aurait bombardé¹ un aéroport¹ syrien¹ dans la nuit du 13 Janvier, un aéroport¹ militaire¹ qui n’était pas sous le contrôle de l’Etat Islamique ou de groupes rebelles, mais sous le contrôle d’Assad. L’armée syrienne a depuis averti des répercussions¹ que cela causerait, car la cette base militaire était est également un point stratégique important dans la lutte contre les groupes radicaux. La situation internationale se poursuit alors que les Etats-Unis et l’OTAN ont continué de déplacer des chars à travers l’Allemagne et en Pologne¹, tout au long de la frontière russe¹. Il s’agirait d’un entrainement visant à « empêcher une invasion russe en Pologne », cependant, la Russie considère cet « entrainement » comme de la provocation¹ et une menace¹ envers la Russie. Le déploiement comprend au moins 4000 soldats américains et des centaines de chars qui font partie de l’opération « Operation Atlantic Resolve ».

Ce déplacement de chars, d’armes lourdes et de soldats la plus grande action militaire américaine entreprise en Europe depuis la guerre froide¹ et pourrait voir des véhicules militaires américains stockés au Pays-Bas¹. Certains politiciens¹ allemands¹ ont exprimé leur inquiétude face à ces actions si proches de la Russie, tandis que d’autres se demandent si Trump¹ maintiendra cette politique défensive en arrivant à la Maison Blanche ou si elle se terminera avec le départ d’Obama¹. Il semble y avoir¹ beaucoup d’attente de l’administration américaine.

 

*Un homme armé a ouvert le feu dans un supermarché espagnol dans le quartier d’Ourense. Bien que les premiers rapports aient indiqué que l’homme armé portait un gilet de suicide¹ et criait « allah akcbar¹« , la police a depuis affirmé¹ que ce n’était pas le cas¹. Jusqu’à six coups de feu ont été tirés par l’attaquant avant qu’un agent de police hors service n’intervienne. L’agresseur n’a pas pris la fuite et a été mis en en état d’arrestation lorsqu’il a vu que le policier était armé¹, un luxe que ne s’offre pas souvent l’Europe de l’Ouest. Aucune blessure ou décès n’a été signalé.

L’Espagne et de nombreux pays de l’Union Européenne ont été en alerte en ce qui concerne les activités terroristes¹ depuis un certain temps, la sécurité des « cibles faciles¹ » étant resserrée pour la période de Noël¹ et le Nouvel An¹. L’Espagne elle-même n’est pas étrangère¹ au terrorisme¹, avec des attaques à la fois étrangères¹ et nationales¹ dans des situations comme les bombardements¹ de Madrid¹ et des groupes comme ETA¹ (qui a été en cessez-le-feu avec l’Espagne mais qui est encore présent¹). Sans parler des problèmes de sécurité suscités par le territoire¹ angolais¹ de l’Espagne¹, qui est régulièrement inondé de migrants¹.

 

*En Allemagne et dans l’ensemble de l’UE on constate une situation récurrente¹ en ce qui concerne la déportation¹ d’immigrés¹ clandestins¹ et de faux demandeurs¹ d’asiles dont l’accès¹ à leur propres pays¹ leur est refusé¹. Ce n’est pas exclusif aux gouvernements, puisqu’il y a également des manifestations¹ dans des pays comme la Tunisie disant que « la Tunisie n’est pas la poubelle de l’Allemagne¹« . Certainement la façon dont ils voient leurs concitoyens qui sont entrés illégalement en Europe. Cela inclut aussi des individus comme Anis Amri¹, le terroriste de Berlin¹.

La crise des migrants a continué d’être un problème¹ dans toute l’Europe¹, mais en Allemagne, il est suggéré que les « réfugiés » qui seraient les « victimes des attaques de l’extrême droite » soit sûrs d’être protégé¹ de la déportation¹. L' »extrême droite » a souvent été utilisée par les médias comme étant ceux qui ont le plus bénéficié¹ des crimes de réfugiés, malgré de fréquentes¹ protestations et un nombre croissant de crimes¹ commis par des réfugiés.

 

*Les « fausses news » sont encore une fois sous les projecteurs, pour diverses raisons. Comme d’habitude, le problème viendrait des médias d' »extrême droite », des médias qui devraient être détruits¹ d’après les médias télévisuels. Cependant, certains médias ont appelé à retirer ce terme de « fausse news¹« , en effet le terme serait maintenant « corrompu¹ » après s’être pris un retour de flamme puisque ce sont maintenant les médias « de gauche » qui sont taxés de « fake news » (fausses news).

Cet appel a retirer le terme « fake news » arrive en même temps que le média « BuzzFeed¹ » ait publié un rapport de la CIA sur Donald Trump incluant la Russie et des prostituées qui urinent sur un lit. Le rapport, qui n’a semble-t-il pas eu de vérifications¹ de sources, a été décrété comme « vrai » (et directement examiné par Trump¹ et la CIA) par CNN¹, a été¹ largement¹ dénoncé¹ par d’autres¹ médias¹, comme WikiLeaks¹ at naturellement Donald Trump¹ lui-même. Il semble très possible qu’il y ait des répercussions juridiques sur ces assertions. Le responsable de la fuite serait prétendument un agent secret¹ britannique¹, mais d’autres prétendent également que toute cette histoire était une farce élaborée du site¹ anonyme 4chan¹.

Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à avoir droit aux « fausses nouvelles ». Alors que les élections se profilent à l’horizon en Europe, l’Allemagne a exprimé ses inquiétudes quand à la propagation de propagande¹ anti-Merkel par la Russie, qui serait en train d’essayer de truquer¹ les élections¹ ou d’utiliser des groupes d’extrême droite comme Pegida pour combattre le gouvernement allemand¹. Dans le même temps, certains ont suggéré que la Russie et la Syrie déstabilisaient¹ l’Allemagne en orchestrant¹ des attaques¹ sexuelles par des migrants. Le groupe qui a contribué à cette conclusion est l’une des organisations de George Soros, dont certains membres ont déjà été chassés¹ de la Russie¹ pour des raisons de sécurité nationale¹ et pourraient bientôt être expulsés¹ de Hongrie¹ également.

 

C’était la deuxième semaine de l’année.

 

Traduction de la courtoisie originale d’un lecteur français anonyme.

Avec nos remerciements.

Help spread the message:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *